Guides
Guides

 Blog : L’ actualité touristique de la région

Il y a énormément de choses à découvrir proche du Moulin du Boisset. Pour vous informer, nous rédigeons ci-dessous des articles relatifs à l’actualité locale, à nos découvertes aux grés de nos balades, à l’actualité touristique, à nos coups de cœur…

Bonne lecture.

Octobre 2020

Encore un peu de (pré)histoire !

Randonnée Saint-Sozy


Dernièrement et par une belle journée ensoleillée durant laquelle nous ne recevions pas d’hôtes (ça arrive parfois), nous sommes allé découvrir un des nombreux sites archéologiques proche du Moulin : l’Archéosite des Fieux.
L’Archéosite des Fieux est avant tout une cavité à ciel ouvert située au nord des Causses du Quercy, proche de Gramat, et ce site fut un important lieu de chasse puis ensuite un habitat temporaire, depuis l’homme de Néandertal jusqu’à l’Homme moderne (dit Cro-Magnon). Piège à faune pour le premier où l’homme attirait dans ce trou béant les gros gibiers qui s’y trouvaient piégés, abri et lieu d’expression artistique pour le second.
Les traces et les vestiges s’étendent sur différents lieux de fouille qui racontent chacun des zones d’occupation humaine différentes.
La grotte ornée, avec ses gravures et peintures, classée Monument Historique depuis le 17 janvier 1967, est contemporaine des autres témoignages de l’art pariétal quercynois, tels que Pech Merle ou Cougnac, avec peut-être une phase plus ancienne, exceptionnelle pour la région.

Sur le site, nous avons parcouru tous les tableaux explicatifs regroupés autour de la cavité. Ils détaillent précisément et de manière datée les objets et ossements retrouvés au milieu des différentes strates de fouilles. Un film de présentation nous explique ensuite l’historique de la grotte. Mais ce qui nous a le plus intéressé c’est que l'Archéosite des Fieux est aussi un lieu où on peut participer à des animations. Cela donne une autre dimension à la visite du site. 

Ainsi, à proximité d’un habitat préhistorique reconstitué, nous avons pu nous essayer au lancé de sagaie avec propulseur sur des cibles distantes d’une dizaine de mètres. Simple si l’on regarde l’animateur qui maitrise parfaitement la technique et atteint les cibles sans difficulté, mais pas si aisé que ça, dès que l’on s’y colle. Néanmoins au bout du troisième essai le but est presque touché.
Nous avons pu aussi découvrir comment allumer un feu en utilisant différentes méthodes, soit par friction en frottant des morceaux de bois, soit par percussion en frappant un silex avec de la marcassite. Ensuite l’animateur nous a fait une démonstration de la taille de silex, avec une grande dextérité. L'animation s’est terminée par une présentation de différents instruments musicaux primitifs, élaborés à partir de cornes d’animaux, de morceaux de bois taillés...

Nous avons passé un excellent après-midi à l’Archéosite des Fieux où les responsables ont réussi à merveille le mélange harmonieux entre culturel, histoire, connaissances, pédagogie, et animations sans oublier un accueil extremement chaleureux. Vous pouvez même faire des achats souvenir à la boutique où les plus jeunes pourront faire l’acquisition d’objets fait main et maison tel que des kits sagaie, des kits peintures ou des sifflets.
On recommande vivement l’Archéosite des Fieux et on vous invite à parcourir le site internet de l’association qui gère les lieux : www.archeositedesfieux.com


Juillet 2020

Un peu d’histoire !

Randonnée Saint-Sozy


Saviez-vous qu'à 300 mètres du Moulin du Boisset, juste en face, sur la falaise recouverte par une végétation dense de nos jours, se situe le site d’Uxellodunum, où s’est passé un pan de notre histoire.

«  Uxellodunum ! Mais de quoi s’agit-il ? » 
Uxellodunum  est le nom de la place forte où des troupes gauloises livrèrent la dernière bataille pour l’indépendance de la Gaule.

Faisons un retour dans le temps !
Nous sommes en 51 avant Jesus Christ. La capitulation, un an avant, d’Alésia et la capture de son chef légendaire Vercingétorix, a entrainé la soumission de presque toutes les peuplades de la Gaule. Mais la Gaule n'était toujours pas réduite à l'impuissance. Les vaincus se ressaisirent bien vite et décidèrent d'attaquer les Romains désormais par petits groupes et sur plusieurs points à la fois.

Jules César eut à combattre successivement les Bituriges (région du Berry), les Carnutes (région d'Orléans), les Bellovaques (région de Beauvais), les Trévires (Belgique) et enfin les Pictons, qui furent massacrés, dans la région de Lemonum (Poitiers). Plus de 12000 Gaulois furent ainsi tués. 
Poursuivis par les troupes romaines, les gaulois encore vivants, se refugièrent sur l’oppidum d’Uxellodunum où ils établirent un camp retranché. C’est un lieu en hauteur avec une vue imprenable sur les environs, escarpé, difficile d’accès, fortement protégé par des fortifications et des remblais.
Sur place 2000 à 5000 hommes, fortement armés, déterminés et effectuant des raids sur toute la région pour accumuler des provisions.
Face à eux les légions romaines de César, environ 70000 hommes, prêts à en découdre, organisés, structurés et formés aux combats, et dont les campements encerclent l'oppidum.

César voyant que les travaux de fortification entouraient complètement la place, décida de priver d'eau les Gaulois. L'accès à la rivière fut interdit par des machines de guerre et devant la source qui jaillissait, au pied des remparts, il fit construire un terre-plain de 18 m de haut surmonté d'une tour de 10 étages (27 m de haut) pour empêcher les Gaulois de se ravitailler en eau.
Ces ouvrages étaient un leurre, une diversion, car César avait un autre plan stratégique : creuser des galeries souterraines, hors de la vue des défenseurs, pour assécher les sources. Malgré des combats violents et l'incendie de la tour, les romains atteignirent leur but. Les gaulois, privés d'eau se crurent abandonnés des dieux et se rendirent.

César fut impitoyable. A tous ceux qui avaient porté les armes, il fit couper les mains, mais leur laissa la vie sauve. Cette cruauté était un exemple pour prévenir une nouvelle insurrection. La date fatidique du 1er mars 50 av. J.-C. étant la fin de son proconsulat, il voulait rentrer à Rome victorieux. Un " ramassis de brigands " avait bien failli mettre en péril la suite de sa carrière politique. Ce combat en 51 av. J.-C. dura environ deux mois, de mi-juillet à mi-septembre.

La Gaule fut désormais soumise et devint province romaine.

Cet été, le site et les galeries sont ouverts chaque mardi, jeudi et samedi à 10h00 et les visites (gratuites) faites par les membres de l’association « Les amis d’Uxellodunum », véritables bandes d'irréductibles passionnés, sont  remarquables et vous plongent au cœur de la bataille.

Plus d’informations et réservations sur : www.uxellodunum.com

Juin 2020

Du coté de Saint-Sozy

Randonnée Saint-Sozy


A juste 20 minutes en voiture du Moulin du Boisset se situe Saint-Sozy, un joli village proche de la Dordogne. C’est le point de départ de notre nouvelle randonnée. Celle-ci permet, durant une boucle d’un peu plus de 8 km, de découvrir une multitude de paysages variés représentatifs de la Vallée de la Dordogne.

Dès le départ, on se retrouve dans les champs de maïs et les plantations de noyers, cultivés sur les terres fertiles des berges de la Dordogne. La rivière coule non loin, paisible, mais on entend toutefois les cris de joie des enfants qui se baignent dans son lit, un groupe de jeunes campent sur la plage d’une petite ile, un pêcheur lance sa canne, un canoë passe, un cygne barbotte, il y a de la vie.

Le chemin, qui dans un premier temps suit les berges de la rivière, commence ensuite à grimper et à se rétrécir. On longe la falaise calcaire qui borde le cours de la rivière. Par endroit, les arbres sont tous recouverts d’une couche épaisse de mousse et de lichens, leurs branches pendouillent comme des bras habillés de guenilles vertes, assombrissant considérablement les lieux et étouffant les cris des oiseaux. On se croirait dans une forêt enchantée, prêt à voir surgir un elfe ou un lutin.
Puis le chemin continue, devenant à quelques endroits, abrupt, pour nous amener à l’entrée de nombreuses cavités. Nul doute que celles-ci, témoignages du paysage karstique de la Vallée de la Dordogne, sont le résultat de bouleversements géologiques et hydrologiques du passé. Notre périple nous entraine même à explorer les entrailles de la terre en nous immisçant, sur quelques mètres, à l’intérieur d’un étroit boyau. La fraicheur y régnant, la voute trop basse, et les nombreux moustiques y ayant trouvé refuge, nous font rebrousser chemin.

Nous continuons alors, apercevant à travers les arbres la Dordogne qui poursuit son cours, puis nous arrivons à un charmant village. C’est le fief de quelques agriculteurs qui discutent à côté d’un tracteur à l’arrêt. En guise de vestiges du passé, un métier à ferrer les bœufs trônent sur la place centrale. Il fait très chaud et une fontaine bienfaitrice nous permet de nous rafraichir.

Nous entamons le retour vers notre point de départ, traversant à présent les champs de foins, de céréales et un vignoble. Ça grimpe encore, mais arrivés au sommet de la falaise où une antenne de téléphonie judicieusement placée pour arroser la campagne est installée, la récompense est là, sous nos yeux, un des plus beaux panoramas sur la Dordogne et une vue imprenable sur toute la région.

On voit loin, très loin par ce beau ciel dégagé.
La table d’orientation nous permet de nous repérer, et on imagine à l’horizon, la silhouette du Moulin...avant de redescendre vers Saint-Sozy où les tables des cafés/restaurants nous attendent pour terminer cette journée.

Nous tenons bien sûr le tracé de cette randonnée à votre disposition lors de votre séjour au Moulin.



Randonnée Saint-Sozy

Mai 2020

On voit rouge !

Collonges-la-Rouge


Saviez-vous qu’à juste 15 minutes en voiture du Moulin du Boisset se situe le village de Collonges-la-Rouge, extremement réputédont la particularité est qu’il est entièrement bati en pierres rouges.

Ces pierres rouges, provenant de carrières disparues de nos jours, dont la couleur provient de l’oxyde de fer qu’elles contiennent, sont aussi présentes au Moulin. Le pavage extérieur en est constitué. Vous les voyez aussi, par endroit, sur la facade et en quantité plus importante sur les murs de la Chambre Royale. Mais revenons à Collonges-la-Rouge.

Historiquement présent dès le Moyen Age, Collonges connait son apogée au début du XVIème siècle en devenant le lieu de résidence des officiers de justice, des officiers d'administration et autres hauts fonctionnaires de la Vicomté de Turenne, un des plus grands fiefs de France, jouissant d'une autonomie fiscale complète. Grace à cet opulence Collonges se développe et apparaissent de nombreux castels, manoirs, qui ornent le village et contribuent à sa richesse architecturale.
Ensuite Collonges prospère par la culture de la vigne, mais au XIXe siècle, le phylloxéra détruit les cultures et la cité tombe en léthargie. Les maisons commencent à tomber en ruine. Au XXe siècle, l’exode rural entraîne la perte d’une grande partie de la population.

Afin d'enrayer ce déclin, la municipalité de Collonges entreprend des efforts de conservation dès 1905, permettant de classer plusieurs monuments. A partir de 1970, la renaissance de Collonges, est initiée par Charles Ceyrac, son maire. L’élu corrézien ne se résout pas à ce déclin économique qui menace de disparition un patrimoine tout aussi exceptionnel que méconnu. Il crée avec d’autres élus, l'association des « Plus Beaux Villages de France » qui devient un label. Il lance un programme de restauration du village et lui redonne son faste.

Ainsi Collonges-la-rouge est devenu le premier village labellisé «  Plus Beau Village de France » et c’est de nos jours un ensemble harmonieux, en grès rouge, de petites ruelles, de tours, de placettes, de castels, de chapelles et de belles maisons aux toits de lauzes ou d’ardoises. 
A découvrir au coucher du soleil, installé à la table d’un des nombreux restaurants. Un Must.


Avril 2020

Un peu de lecture, durant le confinement !

Guide VD 2020


Il vient tout juste de sortir. LE guide édité par l’Office de Tourisme de la Vallée de la Dordogne :
- C’est notre guide de référence.
- Celui que l’on a plaisir à vous offrir lors de votre arrivée au Moulin du Boisset.
- Celui qui regroupe tous les sites a visiter dans notre belle région et plus précisément à proximité immédiate du Moulin, en Vallée de la Dordogne et sud Corrèze.
- C’est le support  avec lequel on vous oriente, on vous trace des itinéraires, selon vos envies, pour visiter, découvrir, vous enrichir et passer d’agréables journées.
- C’est le support où vous trouverez toutes les bonnes adresses pour que votre séjour, en plus de disposer d’un lieu tel que le Moulin du Boisset, soit le plus inoubliable possible.
- C’est dans ce guide que vous trouverez toutes les dates des festivités et animations.

Alors période de confinement oblige, pour vous détendre, vous changer les idées, vous évader ou en vue de préparer votre séjour parmi nous, nous vous proposons de télécharger ce guide gratuitement en cliquant ici

Mars 2020

On profite du confinement !

Travaux moulin


«  
Ne pas remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même ». On connait tous ce vieil adage, et on est tous conscient qu’on n’a pas toujours le temps de l’appliquer. Alors on accumule les petites choses à faire, et on essaye tant bien que mal de gérer les priorités. 
La situation exceptionnelle que nous connaissons actuellement, avec le confinement d’⅓ de la population mondiale, pour lutter contre et endiguer la pandémie du COVID 19, nous permet de nous libérer du temps. 
Alors au Moulin du Boisset, en plus des taches habituelles d’entretien, on retrousse nos manches et on bricole dure pour améliorer et embellir notre propriété  :
- Mise en valeur du gîte avec pose d’un parquet flottant à l’intérieur et d’un joli carrelage en grès d’Artois sur les escaliers extérieurs.
- Réfection d’un vieux banc, qui en avait bien besoin avec sa lame cassée, et où bon nombre de nos hôtes ont plaisir de s’asseoir pour se détendre ou lire.
- Réfection, sur mesure des volets de la chambre de notre fille.
- Réutilisation d’un des volets pour faire une tête de lit dans la Chambre Gauguin
- Travaux de peinture
- Nettoyage du bief
- Taille des pins…


En comptant les travaux déja entrepris au mois de février tels que la pose d’un parquet en chêne dans la Chambre Gauguin et dans la Chambre Royale, c’est dans une toute nouvelle livrée que vous allez découvrir ou redécouvrir notre cher moulin.
En attendant, nous vous souhaitons à tous de prendre bien soin de vous et de vos proches...


Travaux entretien

Fevrier 2020

Vous pouvez « aimer » le Moulin du Boisset !

Compteur de likes Facebook


Au Moulin du Boisset, on aime vous informer, vous faire découvrir des choses, ou tout simplement rester en contact avec vous. C’est l’intérêt de ce blog. Mais cela n’était pas suffisant. C’est pourquoi, nous avons dès l’ouverture de notre maison d’hôtes, créer une page FaceBook et un compte Instagram. Sur ces différents support, vous pouvez suivre l’actualité régulière du Moulin et de ses alentours au travers de nos publications, de nos photos, de nos découvertes, de nos coups de cœur…

Depuis peu, nous avons même placé sur notre comptoir d’informations, au milieu des nombreuses documentations touristiques de notre région, ce petit compteur de « likes » en temps réel, pure fabrication maison, qui vous permet de participer au développement de notre « communauté ».
Celui-ci diffuse aussi un calendrier des évènements locaux, tels que les marchés, les fêtes, les manifestations…Idéal pour prévoir les visites de sa journée. 
Et pour vous encourager, un cadeau est à gagner, de manière totalement aléatoire, si vous aimez (likez) notre page.
Qui sera le prochain gagnant ?
www.facebook.com/lemoulinduboisset

Janvier 2020


Bonne année !

Bonne année 2020

Valérie et moi vous souhaitons à tous, nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui commence. Que la santé et le bonheur soient au rendez-vous de votre existence.

2020 constitue pour nous notre cinquième saison au Moulin du Boisset. Nous sommes en congés (bien mérités) en ce moment mais sommes déja impatients de vous accueillir et de revoir nos hôtes habituels.

Ces quelques jours de fermeture nous permettent de faire quelques menues transformations et améliorations de nos chambres. Au programme, la Chambre Royale et la Chambre Gauguin. Mais nous n’en dirons pas plus…
C’est aussi l’occasion pour nous de parcourir notre belle région, à la recherche de « pépites » à vous faire découvrir lors de votre séjour.

A bientôt.




Novembre 2019


Foire du Livre

Foire du livre de Brive

Chaque année, début novembre, a lieu la Foire du Livre de Brive la Gaillarde  C’est le deuxième rendez-vous national, après le Salon du Livre de Paris, dédié à la littérature. C’est l’une des nombreuses manifestations qui atteste du dynamisme de Brive. Un grand nombre d’auteurs participent à cet événement culturel, et viennent rencontrer leurs publics. Public très nombreux d’ailleurs car c’est l’occasion rêvée de venir découvrir les nouveautés, rencontrer son auteur préféré, serrer la main à un politique qui vient présenter son nouveau programme, ou analyse, couché sur papier, et pourquoi pas prendre un selfie avec une star du petit écran (avec modération et politesse). Vous pouvez faire l’acquisition du roman que vous attendiez, du nouvel essai, du livre de conseils et recettes à la mode, et les dédicaces de toutes sortes viennent agrémenter les pages une ou les couvertures.

Le Moulin du Boisset participe à l’événement a sa manière. En effet, rien de plus simple que de prendre le train régional à la gare de Saint-Denis-Près-Martel, située à seulement 5 minutes à pied, pour se rendre en 25 minutes au cœur du centre-ville de Brive où a lieu le salon. Ainsi après une bonne journée à déambuler dans les allées du salon, rien de plus agréable que de venir vous détendre, diner et passer une bonne nuit dans notre maison d’hôtes.




Septembre 2019


Dans le ciel de Rocamadour

Montgolfiade de Rocamadour

Chaque dernier week-end de septembre, et pour clore la saison touristique estivale, riche en animations culturelles, le ciel de Rocamadour se pare d’une multitude de couleurs.

En effet, chaque année a lieu un spectacle grandiose qui enchante le ciel de Rocamadour et attire une foule très importante de visiteurs qui parfois viennent de très loin : Les “Montgolfiades de Rocamadour”.

Du pied de cette magnifique cité médiévale, bâtie sur trois niveaux à flanc de falaise et haut lieu de pèlerinage, décollent une trentaine de montgolfières. Leur nombre varie en fonction des années, leurs formes et couleurs aussi, mais le spectacle reste toujours le même. Deux décollages quotidiens, un à 8 heures, l’autre à 17 heures, car les ballons nécessitent des conditions particulières pour s’envoler. La fraicheur du matin et le soleil couchant du soir, associés à un vent faible, constituent ces conditions idéales.

Tous les abords de la cité sont pris d’assaut. Une foule de spectateurs occupe le moindre mètre carré de trottoirs, de terrasses, de rochers, de falaises pour avoir la meilleure place afin d’admirer le spectacle et prendre le meilleur cliché immortalisant ces ballons qui grossissent puis grimpent, sans bruit, du bas de la cité jusqu’au ciel et s’envolent, au gré du vent, vers une destination inconnue…

Nous avons eu la chance lors des montgolfières de 2016, d’en voir une survoler notre maison d’hôtes et sa silhouette au dessus du Moulin nous a permis de prendre, une magnifique photo souvenir.

Montgolfière sur le Moulin du Boisset




Mai 2019


Ramène (pas) ta fraise !

Fete de la fraise de Beaulieu sur Dordogne

Au Moulin du Boisset, on est gourmand !

C’est pourquoi les petits-déjeuners sont riches en patisseries, cakes et spécialités maison que nous prenons toujours plaisir à confectionner pour nos hôtes.

C’est aussi pour cela que chaque année en mai, nous allons, quand on le peut, à Beaulieu sur Dordogne. C’est une charmante cité médiévale avec son abbatiale et sa chapelle des pénitents. C’est le point de départ de belles promenades à pied le long de la Dordogne et de descente en canoë ou en gabare. Mais surtout Beaulieu est situé à l’épicentre d’une zone importante de production de fraises et les agriculteurs/producteurs organisent chaque année la “Fête de la Fraise”. C’est une manifestation extrêmement populaire et fréquentée, avec de nombreux stands où l’on peut acheter des caisses et des barquettes de fraises, un marché avec des produits et de l’artisanat local, de nombreuses terrasses de cafés et restaurants, des patisseries qui proposent des gateaux et des tartes aux fraises, un espace enfants, des animations variées…Le clou du spectacle c’est la gigantesque tarte, une des plus grande du monde, confectionnée par les pâtissiers et plusieurs fois inscrites au Livre Guinness des records. Cette année elle faisait plus de 30 mètres de long. A la fin des festivités, celle-ci est distribuée au public présent, moyennant quelques euros. Nous n’avons pas pu y résister et c’est l'estomac bien rempli et les bras chargés d’une belle caisse de fraises que nous sommes rentrés.

Une nouvelle confiture maison “Fraise-Cannelle” sera a déguster au petit-déjeuner… 




Avril 2019


Silence ! On tourne...

Cinema

Saviez-vous que notre région a souvent attiré bon nombre de réalisateurs pour tourner, en décor naturel, une partie ou l’intégralité d'un film ?
Je peux vous dire que Cahors a été notamment utilisé comme lieu de tournage de films tels que “Un amour de sorcière” de René Manzor avec Jean Reno et Vanessa Paradis, ou “Jeanne d’Arc” de Luc Besson avec Milla Jovovich. L’actrice Juliette Binoche a tourné une fois dans le Lot. C’était pour le film “Alice et Martin” d’André Téchiné (1998), avec Mathieu Amalric et Roshdy Zem.
Plus proche du Moulin du Boisset et précisément dans notre petite commune de Saint-Denis-Lès-Martel, des scènes d’un superbe film, ont été tournées. En effet en 2003, Jean Becker a filmé, aux alentours de la gare, des passages de son “Effroyables jardins” avec un casting de rêve composé de Jacques Villeret, André Dussolier, Thierry Lhermitte , Benoit Magimel, Isabelle Candelier, Suzanne Flon…
Synopsis : Lucien, un adolescent de quatorze ans, ne comprend pas pourquoi son père, un instituteur sérieux et respecté, se ridiculise, à ses yeux, dans un numéro de clown amateur. Un jour, André, le meilleur ami de son père, lui dévoile l'origine de cette vocation…

Effroyables jardins

La scène ci-dessus a été prise sur le pont routier reliant Saint-Denis-Lès-Martel à Vayrac et enjambant la voie de chemin de fer. Pour l’occasion l’asphalte a été entièrement recouvert de terre battue pour correspondre à la chaussée durant la 2ème guerre mondiale. Le convoi allemand quant à lui emprunte la direction d’Aurillac. Plus tard dans le film, une des maisons sur la gauche sera également utilisée pour une scène. En guise de souvenir de ce tournage, un décor en carton-pâte, le poste d’aiguillage, est exposé à la gare du train touristique de Martel. Sans compter quelques habitants qui ont participés en tant que figurant et qui m’ont raconté quelques anecdotes fort sympathiques.

Vous pourrez visualiser la bande annonce ici
https://youtu.be/ovx-3dZ7hV0


Autre film, autre village, non loin du Moulin du Boisset, Loubressac. Il a été le lieu de tournage en 1972 d’un film beaucoup plus léger. “Quelques Messieurs trop tranquilles” de Georges Lautner, et qui regroupe des monstres sacrés du cinéma français comme Michel Galabru, Jean Lefebvre, André Pousse, Miou-Miou…

Synopsis : Les habitants de Loubressac voient d'un mauvais œil l'installation chez eux d'une bande de hippies. Un meurtre est commis, on accuse les nouveaux venus. Quelques citoyens décident nonobstant de mener une enquête…

Quelques messieurs trop tranquilles

De nombreuses scènes et notamment la fusillade finale ont été tournées dans le village de Loubressac qui n’a pas vraiment changé depuis. On aperçoit également dans le film le château de Belcastel surplombant la Dordogne, et des images d’Autoire. A noter que depuis Loubressac et Autoire ont été labellisés parmi les “Plus Beaux Villages de France”.

La Bande annonce est ici : 
https://youtu.be/JeYh_fCE11M




Avril 2019


La machine (à vapeur) à remonter le temps.

Le train touristique du Haut Quercy

Savez-vous qu’à 10 minutes du Moulin du Boisset, vous pouvez embarquer dans une machine à remonter le temps ?

En effet, à l’ancienne gare de Martel, vous pourrez prendre le Train Touristique du Haut Quercy et faire un fantastique voyage au début du XXème siècle, à l’époque héroïque des transports ferroviaires à vapeur.

Le trajet emprunte une partie de l’ancienne ligne ferroviaire de Bordeaux à Aurillac, mise en service en 1889 et surplombant la Dordogne de 80 mètres. Dès son ouverture, cette ligne concurrença le trafic des gabares (bateaux à fond plat) sur la rivière Dordogne, engendrant quelques conflits houleux et musclés entre la compagnie ferroviaire et les mariniers. Déferrée en 1917 pour les besoins militaires afférents au premier conflit mondial, elle fut reconstruite en 1919 avec du rail américain toujours en place à ce jour. Durant l’entre deux guerres, le train servait à l’expédition des truffes du marché de Martel, l’un des plus important de France, d’où le nom de la locomotive « Truffadou ».

Le Truffadou

A bord du train, vous passerez à travers des paysages époustouflants avec des tunnels, un viaduc, des falaises et de magnifiques panoramas sur la Dordogne. Profitez des pauses pour prendre de superbes photos. Rapprochez-vous de la loco pour discuter avec les mécaniciens. Dans les tunnels, fermez les yeux et inspirez, on sent la chaleur de la vapeur et des odeurs de charbon qui nous enveloppent. Ecoutez les bruits de la machine, le mouvement de ses bielles créant comme une respiration, les coups de sifflets annonçant les manœuvres. Vous y êtes ? Ca y est la magie a opéré et vous êtes remonté un siècle en arrière dans le temps…

Plus d’infos : 
http://trainduhautquercy.info




Mars 2019


Au bord du Gouffre...

Le Gouffre de Padirac

Les paysages karstiques qui caractérisent notre région ont généré des lieux d’une splendeur inimaginable. Il y a ce qui est visible c’est à dire les méandres des rivières, les traces apparentes du passage de l’eau sur les falaises et les résurgences mais le plus impressionnant est ce qui ne se voit pas : en sous-sol. Partout celui-ci est torturé par cette érosion qui au fil des millénaires a forgé galeries, grottes et gouffres. C’est un immense gruyère exploré, en infime partie, par de courageux spéléologues, qui vous offre, aux endroits mis en exploitation, un spectacle grandiose et unique.

On trouve non loin du Moulin du Boisset des sites remarquables tel que les Grottes de Lacave, les grottes Carbonières, la Grotte des Merveilles, le Gouffre de la Fage et bien évidemment le plus connu d’entre tous, le 
Gouffre de Padirac.

Celui-ci réouvre ses portes ce jour, le 30 mars 2019 pour une nouvelle saison. C’est aussi une année anniversaire car le Gouffre fête les 130 ans de sa découverte par Edouard-Alfred Martel, le père fondateur de la géologie moderne. 

Le Gouffre de Padirac

Nous avons plusieurs fois visité ce phénomène géologique, véritable puit vertical de 75 mètres de profondeur et de près de 35 mètres de diamètre traversé au fond, à 103 mètres, par une rivière souterraine. C’est sur cette rivière que nous montons à bord d’embarcation pour découvrir les 2 kilomètres de galeries, ouvertes au public, et de salles aux multiples concrétions : stalactites, stalagmites, draperies…A noter qu’en tout, les spéléologues ont, à ce jour, exploré 42 kilomètres de galeries sur le site.

A chacune de nos visites, la magie était omniprésente et le sentiment d’être dans un autre univers, emprunt des bruits de l’eau, de la fraicheur (13°c) et des éclairages judicieusement positionnés pour faire ressortir la beauté des lieux, envahissait nos esprits. Les bateliers qui vous accompagnent le long du trajet, vous font découvrir toutes les richesses de cet endroit insolite et merveilleux. Bref une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie (en évitant si possible les fortes journées d’affluence de l’été avec environ 8000 personnes par jour).




Fevrier 2019


De Bouziès à Saint-Cinq-Lapopie...

Le chemin de halage de BouziesSaint-Cirq-Lapopie

Aujourd’hui, par cette belle journée anormalement chaude et ensoleillée de février, nous avons décidé de nous éloigner un peu plus du Moulin. Le département du Lot est traversé par 2 rivières, au nord la Dordogne que nous connaissons bien puisqu’elle coule à 5 minutes de notre maison et au sud le Lot que nous connaissons beaucoup moins, arrosant la préfecture du département, Cahors. Direction donc le sud vers Bouziès, a un peu plus d’une heure de voiture, qui constituera le point de départ de notre ballade. La route est sinueuse mais passe à travers les superbes paysages de Causse qui caractérisent le relief karstique propre à notre région, roches calcaires apparentes, bosquets de chênes et murets de pierres délimitant les parcelles.

Arrivée à Bouziès, après avoir photographié le superbe et incontournable Château des Anglais, nous prenons le sentier balisé empruntant le chemin de halage vers Saint-Cirq-Lapopie, village labellisé parmi les “Plus Beaux Villages de France” et ayant également obtenu le label “Village préféré des Francais” de l’émission télévisée éponyme de Stéphane Bern. Le sentier borde dès le départ la rivière et longe la falaise. Celle-ci a été creusée à partir de 1845 sur 300m pour permettre le passage des chevaux afin de permettre aux gabares ou bateaux à fond plat, de remonter les courants chargés de marchandises locales. Les produits chargés étaient plutôt des vins de Cahors, des prunes séchées mais également les productions des tourneurs sur bois et plus précisément des robinets de tonneaux à vin. Ensuite le chemin traverse des champs, puis se transforme en sentier pentu en direction de Saint-Cirq-Lapopie érigé sur un piton rocheux dominant le Lot. A cette période le village est en hibernation. Peu de touristes sont présents et on peut admirer ce magnifique endroit avec ses petites ruelles, les ruines de l’ancien château, ses petites places pavées, ses restaurants et boutiques de produits régionaux, sans oublier son point de vue vertigineux sur le Lot.

Puis retour vers Bouziès, cette fois-ci en prenant la route également peu fréquentée à cette période de l’année. Celle-ci surplombe le chemin de halage et la rivière qui coule en contrebas. Encore une vue panoramique extraordinaire en ne pas manquer pour clôturer cette belle randonnée.

Saint-Cirq-Lapopie




Fevrier 2019


Promenons-nous dans les bois...

Latouille LantillacLatouille Lantillac

De passage à Saint-Céré, jolie petite bourgade située à 25 minutes du Moulin du Boisset, et dont le centre-ville, comme bon nombre de communes du Lot, est riche en patrimoine, nous avons décidé de nous promener dans une forêt à proximité. Je ne me souviens plus comment ni où, j’avais appris qu’elle avait pour particularité d’être traversée par un sentier jonché d’œuvres réalisées par des artistes locaux. Une vraie galerie d’art à ciel ouvert.

Direction donc Latouille-Lantillac, à 5 minutes de Saint-Céré, point de départ de cette “exposition” insolite.

Du parking, nous prenons le chemin balisé nommé « Sentier Art Nature » et traversons les habitations en direction du bois. A peine arrivé sous le couvert des châtaigniers, fort présents dans cette partie du Lot proche du département de la Corrèze et du Cantal, que la visite commence.

Discrètement un visage, sculpté sur un vieux tronc, me regarde de ses gros yeux comme s’il voulait me mettre en garde contre quelques dangers. Ensuite la silhouette de pierre d’une femme, jouant à se cacher derrière un arbre et certainement la gardienne de la tranquillité de ces lieux, me dit d’un doigt posé sur sa bouche de ne pas faire de bruit. Puis viennent les suspensions. Ici un singe de bois suspendu à une branche, là une tête accrochée à un corps en forme de tire-bouchon. Puis, au gré du sentier, des groupes de personnages sur des vélos de fortune ou d’autres attelages hétéroclites, un tyrannosaure de ferraille prêt à bondir sur vous, des personnages postés à droite, à gauche.

Nous jouons à chercher les sculptures cachées car les esprits de la forêt leurs ont dit de ne pas se dévoiler si facilement. Notre imagination et notre curiosité sont mises à rude épreuve et l’atmosphère est particulière dans cette forêt où le moindre bruit, craquement de branche, cri d’oiseau, nous renvoie à nos craintes d’enfant. On n’ose imaginer l’ambiance d’une visite nocturne de cet endroit.

Nul doute que cette ballade fut encore une belle découverte, montrant encore une nouvelle facette de la richesse culturelle du Lot…




Janvier 2019


Les charmes de l’hiver.

Autoire et le Chateau des Anglais

Il fait -3°c depuis quelques jours. Le froid est sec et le soleil brille. Bien couverts avec nos doudounes, nos bonnets et nos écharpes, l’envie nous prend d’aller faire notre randonnée préférée. A proximité du Moulin du Boisset, le village d’Autoire labellisé parmi les “Plus Beaux Villages de France”, s’étale au milieu d’un cirque naturel avec à son extrémité la plus belle et la plus haute cascade de la région. Comme à l’accoutumé, nous décidons de partir d’Autoire et d’aller dans sa direction en empruntant le petit chemin aménagé passant à travers les bois. Sans leurs feuilles, les chênes nous permettent d’avoir une vue dégagée sur les falaises ensoleillées.
Contrairement à la fin de l’été où un simple goutte à goutte s’écoule, la cascade déverse cette fois ci des flots d’eau. Le gel a créé par endroit des stalactites de glace nous rappelant la froideur de l’hiver. L’endroit encaissé est à l’ombre et pour nous réchauffer nous décidons de poursuivre notre randonnée en direction du “Chateau des Anglais”, à mi hauteur de falaise et totalement ensoleillé. Après quelques minutes d’ascension, nous arrivons face à l’entrée des ruines de ce poste d’observation datant de la guerre de 100 ans entre les Anglais et les Français. Nul doute que d’ici, de braves guerriers courageux avaient une vue imprenable sur la région et les troupes ennemies. Le spectacle est grandiose : A notre droite le château, à gauche la cascade, et en face, en contrebas, le village d’Autoire.

Encore une fois, nous quitterons ce lieu totalement émerveillés par les paysages qu’il propose, avec pour particularité aujourd’hui, un chapelet de stalactites de glace qui pend des falaises…




Janvier 2019


Nouvelle année

Bonne année 2019 de la part du Moulin du Boisset

Tout d’abord, Valérie et moi, souhaitons à tous une merveilleuse année 2019, pleine d’émotions, de joies, de découvertes, d’amour(s) et qu’une santé de fer vous accompagne.

2019, c’est pour le Moulin du Boisset une nouvelle saison qui commence. Notre 4ème depuis notre ouverture en 2016. Nous sommes impatients d’accueillir nos prochains hôtes et espérons que cette nouvelle saison sera aussi riche en belles rencontres, que ce soit avec nos amis français mais aussi avec nos amis étrangers curieux de découvrir notre maison d’hôtes et notre belle région. Nous aurons toujours autant de plaisir à vous aiguiller pour vos visites.

2019, c’est aussi une nouvelle version de notre site internet, dès à présent en ligne, qui vous permettra de parcourir notre maison d’hôtes et nos prestations, mais aussi d’appréhender tous les trésors de notre belle région à travers ses sites remarquables, ses villages à visiter et les nombreuses activités que vous pourrez pratiquer. 

2019, c’est aussi la remise en service de notre magistrale cheminée avec l’intégration d’un nouveau poêle à bois dès le mois de janvier : de belles flambées en perspective.

Enfin 2019 ce sera de nombreux nouveaux aménagements dans les chambres, mais chut pour le moment c’est secret…




Décembre 2018


En décembre, c’est l’effervescence sur les marchés de Noël

Marché de Noël de Meyssac

Des effluves de cannelle et d’épices émanant des marmites de vin chaud inondent la rue, magnifiquement décorée, conduisant à la place où est dressé le marché de Noël. A l’instar de Collonges-la-Rouge, et juste à côté, le petit village de Meyssac est bâti en pierres rouges, et les éclairages des décorations de Noël y iradient les murs d’une façon tout à fait particulière. Les vitrines des magasins attirent le regard des enfants où ils apperçoivent la silhouette du Père Noël, les personnages et les animaux des crèches et les superbes décorations. Il y a une effervescence dans les rues où chacun s’activent autour des chevaux de bois du manège, des chalets achalandés d’articles festifs et des échoppes de confiseries ou de marrons chauds. Puis vient le moment où les organisateurs coupent d’immenses buches confectionnées par les pâtissiers du village et les distribuent gracieusement aux passants.

De son coté Sarlat-la -Canèda, la perle du Périgord Noir à moins d’une heure du Moulin du Boisset, reçoit comme chaque année une délégation étrangère pour la célébration des fêtes de Noël. Cette année, c’est l’Espagne qui est à l’honneur et qui durant 15 jours animera le marché de Noël et les rues commercantes. Les enfants (et les moins jeunes) pourront s’adonner à la glisse sur la patinoire mise à leur disposition au milieu des sapins.

Nul doute que le Père Noël y fera son apparition. C’est ça la magie de Noël !